"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2442320 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
La Santé en péril : 90% de grévistes à la Polyclinique de Gascogne à Auch

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

La Santé en péril : 90% de grévistes à la Polyclinique de Gascogne à Auch


Jeudi 17 septembre, signait le 5ème jour de grève pour les salariés de la Polyclinique de Gascogne à Auch dans le Gers. L’ex clinique Carlier appartient à Vitalia, le deuxième groupe de santé privé national.

17 jours de lutte

La lutte dure depuis 17 jours et malgré la forte mobilisation, soit 90% de grévistes, la direction n’a pas fait de proposition satisfaisante concernant les revendications présentées au groupe et à l’Agence Régionale de Santé Midi-Pyrénées .

L’aggravation des conditions de travail avec une infirmière pour 47 patients, des heures supplémentaires non payées ou le rappel intempestif sur des jours de repos sans délai de prévenance font partie des motifs de grève.

Par ailleurs des suppressions de postes ont eu lieu et font courir un risque aux patients. Par exemple pour transférer un patient de la salle de réveil vers sa chambre, les patients du service sont laissés seuls.

Ce mépris envers les salariés et cette désorganisation du travail a pour conséquence la démission de 17 salariés depuis le début de l’année.

"Il faudrait 30 embauches"

Aussi la CGT lutte pour l’instauration d’un treizième mois, la revalorisation salariale, ou le recrutement de 30 personnes pour pallier au sous-effectif, etc. Ces revendications pour un groupe aussi important que Vitalia auraient un impact infime au regard des sommes brassées par le groupe.

"Reprendre le travail mais dans de bonnes conditions"

"Nous souhaitons reprendre le travail mais dans de bonnes conditions", réclament les salariés. Suite à la grève la direction a été contrainte de vider la clinique de ses patients à cause du nombre important de grévistes. Une caisse de solidarité est organisée et jeudi 17 septembre, un émissaire du groupe Vitalia était présent pour faire des propositions de réponses aux revendications. Devant ses propositions insatisfaisantes les salariés ont réitéré leurs revendications.


Brève mise en ligne le 17 septembre 2015