"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2341636 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mardi 13 juin 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Rassemblement Air France : grand témoignage de solidarité

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Rassemblement Air France : grand témoignage de solidarité


Bien trop étroite, la place Edouard Herriot qui touche l’Assemblée nationale, ce jeudi 22 octobre après-midi. Difficile d’avancer jusqu’à la scène et d’apercevoir musiciens et syndicalistes se succéder. Uniformes Air France des pilotes, hôtesses de l’air et stewards côtoient drapeaux syndicaux et politiques. Les pancartes et banderoles réclament la sauvegarde de l’emploi et l’arrêt des poursuites disciplinaires et judiciaires des 5 salariés d’Air France "inculpés". Près de 7000 salariés de toutes professions sont là pour soutenir ceux d’Air France sous le coup d’un nouveau plan social qui prévoit la suppression de près de 3000 emplois. Ce grand rassemblement de solidarité se tient au moment même où a lieu un nouveau Comité central d’entreprise à Air France. Discours de Philippe Martinez et témoignages.


Air France : rassemblement du 22 octobre 2015 par udcgt75 Air France : rassemblement du 22 octobre 2015 par udcgt75

Jean-Daniel, Pilote de ligne Air France : "La presse et la direction d’Air France ont lancé une claque sur la tête des pilotes. Résultat d’une longue suite de propagande menée en communication interne et externe. Je suis rentré a Air France en 1992. Il y a avait beaucoup de tensions dans l’entreprise, mais aujourd’hui, il y a une démarche intersyndicale et inter-catégorielle forte qui reflète une prise de conscience qui va au-delà de l’entreprise. La violence sociale est bien réelle. Dès lors que l’on discute entre salariés de différentes catégories et professions, on s’aperçoit que les problématiques sont sensiblement les mêmes. On veut faire financer la croissance et l’investissement par des économies sur le dos des salariés. On est dans une logique purement actionnariale et financière."

Isabelle, Archives nationales : "Je suis militante à La CGT Archives. Je suis en train de faire signer une pétition qu’on a initié en soutien aux salariés d’Air France. On demande l’abandon des poursuites. La pétition lancée il y a quelques jours a eu un succès phénoménal, on est pas loin d’atteindre les 30000 signatures. On est tous choqués : la violence, c’est les 2900 licenciements."

Mickael, Education nationale : "Je soutiens les camarades d’Air France en butte à un plan social inadmissible et à des violences sociales auxquelles le gouvernement se joint, en interpellant des salariés militants tôt le matin, chez eux et devant leurs familles, comme s’il s’agissait de délinquants. C’est choquant. La menace de suppressions d’emploi et le chantage sur les pilotes pour augmenter le travail est tout aussi choquant. On subit tous des violences sociales. On est là en solidarité avec les salariés d’Air France, mais aussi avec l’ensemble des salariés."

Audrey, infirmière : "Des salariés risquent de perdre leur emploi. On se sent tous concernés. On a de moins en moins de droits, si on ne se sert pas les coudes, si on ne se rassemble pas tous ensemble, on ne fera rien bouger. Dans la santé, depuis plusieurs mois, nous menons des actions. On se mobilise dans nos professions mais tous les salariés, dans toutes les professions, sont en difficulté. Qu’on soit du privé ou du public, on est tous dans le même bateau. Il y a des licenciements partout, les conditions de travail se dégradent partout. J’ai 24 ans, ça fait trois ans que je travaille et déjà je vois mes conditions de travail se dégrader jour après jour."


Brève mise en ligne le 22 octobre 2015