"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2411162 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Chemises arrachées : l’inspection du travail tranche : une victoire qui en appelle d’autres

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Chemises arrachées : l’inspection du travail tranche : une victoire qui en appelle d’autres


La Fédération Nationale des Syndicats de Transports CGT se félicite de la décision de l’inspection du travail qui retoque la direction d’Air France sur sa volonté de licencier un délégué CGT suite aux évènements du 5/10/2015.

En effet, l’inspection du travail valide la défense de la CGT qui consistait à mettre en évidence que les salariés incriminés par Air France étaient avant tout des victimes.

Ils étaient condamnés pour avoir manifesté contre la suppression de 2900 postes … Ils étaient condamnés pour l’exemple….pour crime de lèse-majesté ! Et peu importe que la colère des salariés fut justifiée et légitime…l’exemple était trop dangereux !

L’inspection du travail a refusé toute pression

Les propos de Manuel Valls au lendemain des évènements ne font que confirmer cet état de fait ! LA CGT Transport, salue, à ce titre, l’indépendance de l’inspection du travail qui a refusé toute pression.

Au-delà de l’innocence de ces salariés, mise en évidence par cette décision, c’est le délit qu’a commis Air France qui est mis en avant. Air France a commis un délit en embauchant des vigiles d’une entreprise extérieure pour faire obstacle à la manifestation du 5 octobre, ce qui a "entraîné un climat de défiance propice à la confrontation".

Face à ce constat, nous demandons que la direction d’Air France ne fasse pas appel de cette décision. Faire appel serait une marque d’irrespect à l’encontre des salariés incriminés.

Monsieur Gilles Gateau, le nouveau Directeur général des ressources humaines d’Air France, souhaite que le dialogue social soit basé sur le respect et la confiance.

La CGT jugeant sur les actes, le premier devra être la réintégration des salariés injustement licenciés. Il n’est plus possible de justifier l’injustifiable…..nos emplois valent plus que deux chemises !


Brève mise en ligne le 27 janvier 2016