"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2393979 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mardi 26 septembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Respect des libertés syndicales - Fonderies du Nord à Hazebrouc : les trois salariés réintégrés

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Respect des libertés syndicales - Fonderies du Nord à Hazebrouc : les trois salariés réintégrés


Depuis le 1er avril, trois ouvriers syndiqués CGT des Fonderies du Nord à Hazebrouc étaient mis à pied pour avoir fait grève le 31 mars contre le projet de loi El Khomri et menacés de licenciement. Suite à la mobilisation de vendredi 8 avril devant l’entreprise, et après avoir été reçus par le PDG, ils ont été réintégrés.

Une victoire pour les libertés syndicales

Une fois de plus dans cette histoire, c’est le droit de grève qui a été attaqué et plus largement les libertés syndicales comme dans l’affaire des 8 de Goodyear dernièrement.

Patrick Turpin, Pascal Poiret et Sébastien Bernard, ont heureusement repris le travail aujourd’hui après une mobilisation d’une centaine de personne vendredi devant les fonderies du Nord.

"On est les trois seuls de la CGT dans l’entreprise. On est victime de représailles à l’encontre de notre syndicat. Moi, je pense que c’est une chasse anti-CGT", expliquait Patrick Turpin au Journal la "Voix du Nord".

Mobilisation musclée

Les trois salariés avaient pourtant informé l’employeur 8 jours avant qu’ils feraient grève le 31 mars. Ils avaient aussi distribué le tract de l’union locale CGT d’Armentières à tous les salariés de l’établissement et le 1er avril ils ont été mis à pied à titre conservatoire avec effet immédiat.

La mobilisation des camarades venus des quatre coins du département est à retenir, avec beaucoup de salariés de profession différentes : de la santé, des territoriaux, du transport, du commerce, du bâtiment, de l’éducation, des organismes sociaux, ou encore de la métallurgie… Les manifestants ont barré la circulation et ont notamment brûlé des pneus devant les Fonderies du Nord.

Les trois ouvriers, convoqués ce même vendredi à un "entretien préalable à un licenciement éventuel pour faute grave" ont été reçus par François Segard. Le PDG des Fonderies du Nord a déclaré, dans un communiqué suite à la mobilisation, avoir décidé "d’apaiser le climat et sans pression d’aucune sorte, (…) de renoncer à ces licenciements" ! Une victoire pour la CGT et les libertés syndicales !

Retrouvez le dossier consacré aux libertés syndicales


Brève mise en ligne le 11 avril 2016