"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2341576 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mardi 13 juin 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Ex grévistes sans-papiers du 57 Bd Strasbourg : justice leur a été rendue !

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Ex grévistes sans-papiers du 57 Bd Strasbourg : justice leur a été rendue !


Le 29 juin 2016 les ex grévistes sans-papiers du 57 Boulevard de Strasbourg, coiffeurs et manucures, ont emporté une grande victoire devant le conseil des Prud’hommes de Paris.

Ils ont pu gagner le paiement de l’ensemble de leurs arriérés de salaire, de leurs heures supplémentaires, de leurs congés payés, de dommages et intérêts pour préjudice moral et le paiement de l’indemnité forfaitaire de 6 mois pour travail dissimulé !

Le 22 mai 2014, coiffeurs et manucures se mettent en grève pour obtenir le paiement de leurs salaires et s’adressent à la CGT. Ils obtiennent la signature de contrats et le versement d’arriérés de salaire. Mais le 24 juillet 2014, après un dépôt de bilan en dissimulé, la liquidation judiciaire est prononcée et le gérant menace d’appeler la police pour faire évacuer le salon.

Les salariés ont déposé une plainte le 6 août 2014 pour "traite d’êtres humains, travail dissimulé et faillite frauduleuse". Cette plainte sera accompagnée d’un procès-verbal de l’Inspection du Travail relevant près de 14 infractions et signalant au procureur le délit de traite des êtres humains.

Les ex grévistes sans-papiers du 57 Bd Strasbourg ont été soutenus par des centaines de militants syndicaux, associatifs, politiques, élus, cinéastes, intellectuels, citoyens. Ces salariés qui se sont émancipés tout au long du conflit et ont porté leur combat haut et fort jusqu’à la grande victoire de leur régularisation le 3 avril 2015.

Hier, 29 juin 2016, justice leur a été rendue par le conseil des Prud’hommes de Paris. Mais la lutte continue, la régularisation de tous les travailleurs sans-papiers, l’ouverture de voies légales de migration, l’égalité des droits et le droit de travailler pour les demandeurs d’asile restent les seules alternatives pour lutter efficacement contre la traite des êtres humains, le dumping social, le travail dissimulé et la fraude sociale.


Brève mise en ligne le 30 juin 2016