"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2431951 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Justice - CGT "terroriste" et "voyou" : le parquet veut condamner Gattaz

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Justice - CGT "terroriste" et "voyou" : le parquet veut condamner Gattaz


En pleine Loi Travail, le patron des patrons Pierre Gattaz avait comparé des militants de la CGT à des "voyous" et des "terroristes". Jeudi, le parquet a réclamé sa condamnation, suite à une plainte déposée par la CGT.

Le parquet de Bobigny a demandé jeudi la condamnation pour diffamation du patron du Medef, Pierre Gattaz, qui avait comparé des militants CGT à des "terroristes" et des "voyous", en plein conflit sur la loi travail. "Assimiler des syndicalistes à des voyous et des terroristes, dans le contexte actuel, en France, est quelque chose qui n’est pas digne et n’a pas sa place dans le débat social", a estimé le procureur, Loïc Pageot, appelant le tribunal à condamner Pierre Gattaz, absent lors de l’audience, sans toutefois préconiser de peine. Fin mai, alors que la fronde contre la loi El Khomri s’apprêtait à entrer dans son quatrième mois, le patron des patrons avait appelé le gouvernement dans les colonnes du quotidien Le Monde à "ne pas céder au chantage, aux violences, à l’intimidation, à la terreur", ajoutant que c’est "visiblement" "la conception du dialogue social" de la CGT. "Faire respecter l’Etat de droit, c’est faire en sorte que les minorités qui se comportent un peu comme des voyous, comme des terroristes ne bloquent pas tout le pays", avait-il déclaré. L’avocat de la centrale, Emmanuel Gayat, a déploré lors de l’audience que le mot "terroriste" "soit accolé à une organisation de salariés, dans un contexte d’état d’urgence, alors que tout le monde sait ce qu’est un terroriste aujourd’hui".

"Étonné" par les réquisitions du parquet, Me Jean Veil, l’un des avocats du prévenu, a affirmé que "l’intention de Mr Gattaz n’était évidemment pas de comparer les militants CGT à des jihadistes". "Le mot "terroriste" n’est pas interdit", a-t-il lancé au tribunal.

"Je ne comprends pas que la CGT pousse des cris de jeune fille outragée quand on lui dit qu’elle a des méthodes de voyous ou de terroristes, elle qui nous parle dans ses tracts de "patrons voyous", voire de "patrons jihadistes"", a de son côté plaidé son collègue Dominique de Leusse.

La CGT, qui a assigné le patron du Medef en justice, lui réclame 10000€ de dommages et intérêts. Les propos de Pierre Gattaz dans le Monde avaient suscité une avalanche de réactions indignées, dans la classe syndicale comme politique.

Le patron des patrons était lui-même revenu sur ses déclarations, reconnaissant que "le mot terroriste était inadapté dans ce contexte". Le tribunal rendra son jugement le 16 février.


Brève mise en ligne le 16 décembre 2016