"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2393987 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mardi 26 septembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Journée internationale des migrants : avec la CGT, des milliers de régularisation

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Journée internationale des migrants : avec la CGT, des milliers de régularisation


A l’occasion de la Journée internationale des migrants, des militants du pôle Migrants ont rappelé que les luttes mènent souvent vers des victoires sur le dossier des régularisations, des retraites, de l’alphabétisation.

De gauche à droite : Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, Dippa Camara, travailleur et militant CGT, et Francine Blanche, du pôle Migrants CGT. Avec plus d’une centaine d’invités et de militants, dont une grande majorité de travailleurs migrants, la CGT a fêté la Journée internationale des migrants ce 16 décembre dans son patio porte de Montreuil. Si la situation des travailleurs migrants reste préoccupante, comme l’a rappelé Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, évoquant le sort de ce travailleur malien mort dans un incendie volontaire de son foyer de Boulogne Billancourt ce 16 décembre, le pôle migrants CGT a enregistré cette année de nombreuses victoires. "La lutte de Breteuil, la lutte des coiffeuses, ce sont des belles victoires cette année pour des travailleurs qui étaient non déclarés. Et depuis 2010, les régularisations se comptent par milliers, a expliqué Francine Blanche, du pôle Migrants. Chaque mois, c’est une trentaine de régularisations de plus que nous enregistrons."

Il reste, bien évidemment, des batailles à mener, et à gagner : "Il faut faire reconnaître ces salariés qui n’ont pas de bulletins de paie, aller les arracher au patron qui ne veut pas les donner et faire reconnaître tous ceux qui sont en travail gris, c’est-à-dire ceux qui sont déclarés à mi-temps, ou tiers temps mais en réalité travaillent à plein temps voire plus qu’à plein temps", a ajouté Francine Blanche.

Autre combat, la lutte contre l’instrumentalisation de la loi Cazeneuve sur l’immigration : "A nous de démontrer qu’elle ne s’appliquera pas aux travailleurs qui sont déjà ici." Mais il faut aussi développer l’alphabétisation des camarades, "qui parfois ne savent pas lire leur fiche de paie", et faire avancer le dossier retraite : "Nous avons enregistré deux succès sur la problématique retraite, en récupérant les droits de deux camarades qui avaient travaillé avec le nom d’un autre. La retraite c’est pas pour l’alias, c’est pour celui qui a travaillé."

En attendant, comme le rappelle Francine Blanche ce sont 2081 travailleurs migrants qui ont rejoint la CGT ce jour. Autant de nouveaux militants qui vont pourvoir "partager l’expérience de leurs luttes avec d’autres travailleurs sans papiers, mais aussi travailleurs détachés", a encouragé Philippe Martinez. Mais surtout, pour renforcer les droits des travailleurs, il faut voter : Francine Blanche a rappelé qu’à partir du 30 décembre prochain débutaient les élections dans les TPE. "C’est important d’être défendu par des syndicalistes qui iront jusqu’au bout".


Brève mise en ligne le 19 décembre 2016