"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2360311 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mardi 18 juillet 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Lutte gagnante : fin de la grève à Mondadori

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Lutte gagnante : fin de la grève à Mondadori


À l’issue d’une grève de six jours, les salariés de Mondadori France ont enfin été entendus par leur direction.

Les salariés de Mondadori France, éditeur d’une trentaine de titres de presse magazine (Télé Poche, Science et vie, Closer, Grazia, Pleine Vie, Top Santé, Le Chasseur français, Auto Plus, etc.) ont entamé une grève le 8 décembre 2016 pour exprimer leur mécontentement face à l’accumulation des réorganisations, la baisse des effectifs (1 000 salariés début 2013, 750 aujourd’hui), l’appauvrissement de leurs métiers, la déconsidération du travail de chacun, la dégradation continue de leurs rémunérations et les menaces sur leurs garanties collectives. Le groupe Mondadori (propriété de la famille de Silvio Berlusconi) a en parallèle plus que doublé son bénéfice au troisième trimestre 2016 et relevé ses objectifs annuels.

Suite à une mobilisation historique dans l’entreprise, les organisations syndicales et la direction sont parvenues à un accord le 13 décembre 2016. Les salariés ont notamment obtenu :
- Un report de la mise en œuvre de la réorganisation des magazines grand public du pôle Femme ;
- La création de groupes de travail chargés de trouver des solutions aux difficultés nées des réorganisations passées dans les services et rédactions les plus affectés ;
- Un engagement de la direction à accorder des augmentations générales dans le cadre de la négociation annuelle obligatoire 2017 ;
- Une prime de fin d’année ;
- Des avancées sur le maintien du caractère solidaire de la complémentaire santé.

Les salariés ont clairement fait comprendre que si les éditeurs ne s’engageaient pas à maintenir le niveau des indemnités de licenciement et de départ à la retraite prévu par les conventions collectives qu’ils ont dénoncées en avril 2016, la renégociation en cours de ces conventions ne pourrait être fructueuse.


Brève mise en ligne le 20 décembre 2016