"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2360295 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mardi 18 juillet 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Entretien avec Samuel Meegens, de l’union locale CGT de Tourcoing : contre l’Auchan City de Tourcoing, la CGT va déposer plainte pour discrimination raciale et syndicale

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Entretien avec Samuel Meegens, de l’union locale CGT de Tourcoing : contre l’Auchan City de Tourcoing, la CGT va déposer plainte pour discrimination raciale et syndicale


Alors que Fadila, la caissière qui avait fait une fausse couche sur son poste de travail à Auchan City de Tourcoing, va déposer plainte pour non-assistance à personne en danger, l’Union locale CGT de Tourcoing a demandé à son avocat de rédiger une nouvelle plainte pour discrimination syndicale et raciale contre Auchan City. L’UL demande en outre le remplacement de tout le personnel encadrant de ce magasin.

En août dernier une caissière de l’Auchan City à Tourcoing a été virée – puis réintégrée grâce à l’action de la CGT – pour 0,83 centimes. En novembre, Fadila, une autre caissière, a fait une fausse couche sur son lieu de travail parce qu’on ne l’a pas autorisée à quitter sa caisse. Ces deux drames sont-ils symptomatiques d’une certaine forme de management ?

Il n’y a pas de coïncidence, les deux événements ne sont pas arrivés par pur hasard. Ils s’inscrivent effectivement dans un contexte de management très particulier. Il faut savoir qu’Auchan City est un laboratoire pour les Mulliez. Le magasin est détaché juridiquement du groupe Auchan, il fait partie d’une entité qui s’appelle AMV distribution. Les salariés n’ont pas les mêmes modes de rémunération que les salariés des autres Auchan. Les primes d’intéressement qui existent dans les autres magasins ne les concernent pas. Autre différence en terme de conditions de travail : quand un salarié gère un rayon dans un Auchan normal, à Auchan City le même salarié peut en superviser trois. Dernière particularité : la latitude laissée au petit chef. Ils sont choisis en fonction d’une mentalité de petit chef. Il y a un fond de racisme latent puisqu’une plainte va être déposée pour discrimination raciale et syndicale concernant, en particulier, mais pas seulement, notre délégué syndical Habib Hamdoud (représentant syndical à Auchan City, Habib Hamdoud a défendu entre autres Fadila). Quand je parlais du pouvoir petit chef, je vais être plus explicite : lorsque la direction d’Auchan City nous a affirmé qu’elle n’était pas au courant (de ce qui est arrivé à Fadila), je suis prêt à le croire dans la mesure où la direction n’est au courant de rien ! Elle laisse faire les petits chefs sur le terrain, qui donnent libre cours à tous leurs délires pervers et racistes. La caissière au mois d’aout s’était fait licencier par un courrier signé par le responsable sécurité, ancien militaire et adepte de la manière forte. Mais ce n’était pas la direction qui avait signé ce courrier. C’est ce management là, expérimental apparemment, qui est à l’origine de tous ces incidents. Nous demandons aujourd’hui le remplacement de tout l’encadrement de ce magasin.

La plainte déposée concerne des faits de discrimination syndicale et raciale…

Ça c’est une première plainte. Il y a une autre plainte concernant Fadila qui va être déposée pour non-assistance à personne en danger. La plainte concernant la discrimination syndicale et raciale touche d’autres personnes dont notre délégué syndical. Les plaintes son en cours de rédaction.

Quelle est l’action de la CGT sur place ?

Le magasin a ouvert en 2011. En 2013, un camarade est venu se syndiquer, que l’on a mandaté représentant de section syndicale, Habib Hamdoud. Il va prendre son mandat très au sérieux et va nous ramener des syndiqués. La même année, nous faisons une demande d’élections qui va être repoussée sans arrêt. Il a fallu l’intervention de l’inspection du travail pour que l’élection soit organisée. Ça leur a permis de gagner du temps et de présenter contre nous une liste CFTC. On remporte malgré tout les élections avec près de 75% des voix en juillet 2013. Notre section syndicale s’étoffe, on a des dizaines d’adhérents. Les gens adhèrent car ils ont des problèmes. Au-delà de ces deux cas médiatiques, on a réussi à empêcher un licenciement pour inaptitude et on a obligé la direction à un reclassement. On a empêché d’autres licenciements manifestes, et obtenu la fin d’un régime d’horaires spéciaux basé sur six jours d’affilée en continu. Il y a toute une action qui est menée par la CGT à la fois à l’intérieur du magasin – mais ça devient de plus en plus dur à cause d’un climat d’intimidation pervers et raciste – mais aussi au niveau de l’UL, puisqu’en termes de communication on s’améliore de plus en plus. Il faut savoir que l’on a organisé une conférence de presse jeudi 22 décembre. Seule radio campus Lille, un petit média, et Nord Eclair/Voix du Nord sont venus. Je peux te dire que Nord Eclair/Voix du Nord a tout fait pour étouffer l’affaire. C’est grâce à notre secrétaire chargé de la communication qui s’est activé sur les réseaux sociaux que nous avons pu passer outre le black-out de la presse régionale. Après que les médias nationaux se sont saisis de l’affaire, la journaliste de Nord Eclair a osé appelé Fadila pour lui reprocher d’avoir rendu l’affaire publique et lui proposer une rencontre avec le maire de Tourcoing, Gérald Darmanin ! Ce même Darmanin qui veut nous chasser de la ville puisqu’il a dénoncé la convention d’occupation à titre gracieux de nos locaux et veut nous faire payer un loyer de 1700€ sans les charges. Donc en vérité c’est une manière de nous chasser.


Brève mise en ligne le 30 décembre 2016