"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2430681 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Vœux : pour l’année 2017, la CGT vous souhaite l’abrogation de la loi Travail

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Vœux : pour l’année 2017, la CGT vous souhaite l’abrogation de la loi Travail


Abrogation de la loi travail, relance de l’industrie, lutte contre le FN, 32 heures… Pour ses vœux de la nouvelle année, Philippe Martinez a précisé la feuille de route de la CGT.

Ce sont des vœux militants et de combat qu’a prononcés Philippe Martinez ce 4 janvier, à l’opposé de ce que nous promettent d’éventuels candidats à l’élection présidentielle : "supprimer les subventions à l’associatif, amputer les budgets culturels, ne pas augmenter les salaires, maintenir le chômage de masse" semble être le leitmotiv d’une grande partie de la classe politique, comme l’a rappelé le secrétaire général de la CGT. Pour la centrale, point de défaitisme : la lutte est toujours à l’ordre du jour de l’agenda de cette nouvelle année. Lutte pour les emplois, en relançant dès ce début d’année une concertation sur la question industrielle en France. "Il n’y a pas lieu d’opposer vieille industrie et industrie du futur. Automatiser les tâches pénibles pour libérer du temps, transformer les métiers est un véritable enjeu : cela implique la reconnaissance des qualifications, des plans de formation, de la recherche… Cela signifie que l’on doit planifier une stratégie industrielle sur le long terme." Dès le 22 février des Assises de l’industrie seront organisées par la CGT à Paris et le 21 mars, des événements seront organisés en région. Pour autant, le service public n’est pas oublié par la CGT : "Les services publics constituent l’un des facteurs de localisation industrielle et inversement l’industrie structure le territoire." À ce titre, pour 2017, la CGT appelle à l’embauche de fonctionnaires, et non à la suppression de postes.

Autre combat : la lutte contre le Front National et l’extrême droite. À l’instar des années précédentes, la CGT "n’aura de cesse de rappeler que les idées de l’extrême-droite sont aux antipodes de nos valeurs. Il faut condamner celles et ceux qui opposent la question de la pauvreté, de la misère sociale dans notre pays avec celle de l’accueil des migrants."

Philippe Martinez n’a pas non plus oublié de rappeler que l’année 2016 a été marquée par la lutte contre la loi Travail. En 2017, "les mobilisations continuent dans les entreprises et des recours juridiques sont sur le point d’être engagés dès ce début d’année, tant au niveau national qu’international". Le mot d’ordre de la CGT sur ce sujet n’a pas varié d’un iota : abrogation de la loi Travail. Et ce ne sont pas les discriminations syndicales qui feront taire la CGT. En 2017 la campagne pour les libertés syndicales se poursuit. "Nous avons saisi le ministère de la Justice pour faire le point sur ces questions", a détaillé Philippe Martinez.

Si de nombreux candidats à la présidentielle veulent remettre en cause les 35 heures, la CGT pour sa part "portera ses revendications sur une réduction du temps de travail à 32 heures. Les 32 heures sont le meilleur moyen de lutter contre le chômage", a notamment défendu Philippe Martinez. "À l’heure où les temps partiels se multiplient, pourquoi ne pas faire le choix de la réduction du temps de travail pour garantir un salaire et un emploi du temps décent ?"

Dans l’immédiat la CGT est avant tout accaparée par les élections dans les Très petites entreprises (TPE), organisées entre le 30 décembre et le 13 janvier. Une échéance importante pour les 4,6 millions de salariés qui travaillent dans les TPE. L’occasion, aussi, de rappeler que la CGT est le premier syndicat dans ces micro-entreprises.


Brève mise en ligne le 4 janvier 2017