"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2340022 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mardi 13 juin 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Polyclinique de l’Ormeau : le combat continue après 58 jours de grèves !

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Polyclinique de l’Ormeau : le combat continue après 58 jours de grèves !


Après le refus du groupe d’accepter les propositions du préfet de région pour arrêter le conflit, les salariés ont investi la gare Matabiau à Toulouse pour faire entendre leurs revendications.

Une rencontre a été organisée entre les grévistes et les représentants du groupe Médipôle Partenaire sous l’égide du préfet de région Occitanie le 3 janvier 2017 au soir.

Après quatre heures de "débats", la réunion s’est conclue à 2 heures du matin sur le refus par le PDG de l’ultime proposition formulée par le préfet de région, alors que la délégation des salariés était disposée à la soumettre aux grévistes lors de l’assemblée générale de 9 heures.

C’est donc bien le groupe qui refuse une sortie du conflit et joue le pourrissement après 58 jours de grève, et non les salariés et la CGT qui avaient consenti à un recul de leurs revendications !

Pour répondre à ce mépris et se faire entendre, les salariés se sont rendus à Toulouse pour investir la gare Matabiau. Attendus par les forces de l’ordre, deux d’entre eux ont été blessés suite à une confrontation. Cette action leur a tout de même permis d’obtenir un rendez-vous téléphonique avec Matignon.

Comme l’expliquent les salariés : "les ministres doivent tout faire pour amener le groupe Médiapôle à lâcher sur la proposition du préfet de région et écrire une bonne fois pour toute un protocole de fin de conflit !"

Pour les soutenir : signer la pétition en ligne

Brève mise en ligne le 5 janvier 2017