"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2360312 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mardi 18 juillet 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
CAC 40 : les salariés produisent les richesses, les actionnaires se gavent

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

CAC 40 : les salariés produisent les richesses, les actionnaires se gavent


Les entreprises du CAC 40 ont distribué 55,7 milliards de dividendes et de rachats d’actions, c’est le résultat de l’amélioration de leur santé financière et notamment de celle des banques.

Année "faste" pour les actionnaires. Elles se sont rapprochées du record des 56 milliards versés en 2014 et notamment des 57,1 milliards distribués en 2007, juste avant le krach financier. La progression est notable par rapport à 2015, autour de 43 milliards.

Dans le détail, on retrouve à leur tête sur le podium des multinationales, le groupe pharmaceutique Sanofi avec 6,66 milliards d’€ aux actionnaires, aussitôt suivi de Total avec 5,9 milliards et du groupe de télécommunications Vivendi avec 5,57 milliards. Ces trois entreprises représentent un tiers des versements.

Derrière, BNP Paribas a alloué 2,877 milliards d’€ à ses actionnaires, contre 5 milliards en 2007, avant la crise. BNP Paribas et Axa figurent ainsi dans le top 5.

- Aujourd’hui de nombreuses entreprises qui font partie du CAC 40 licencient ou précarisent les emplois par centaines, ferment ou sont délocalisées alors que les dividendes pour les actionnaires explosent.
- L’évasion fiscale sur les finances publiques représenterait un manque à gagner annuel de 30 à 36 milliards d’€ pour l’administration fiscale française. Selon un rapport sur la Sécurité sociale, le niveau des "irrégularités" et des "fraudes", toutes branches confondues, s’est établi à un niveau record en 2012 avec un montant estimé entre 20,1 et 24,9 milliards d’€.
- Le CICE atteint un volume d’environ 20 milliards d’€. Il s’agit là du plus gros dispositif d’aide publique destiné aux entreprises et, cela, sans aucune contrepartie ni engagement en matière d’emploi ou d’investissement.

Pour la CGT, il est urgent d’évaluer l’ensemble des aides publiques destinées aux entreprises comme par exemple le crédit impôt recherche. D’autant plus que nombre d’entreprises bénéficiant du CICE n’ont pas hésité à détruire des emplois en masse alors que, dans le même temps, elles distribuent de confortables dividendes à leurs actionnaires.

La CGT propose la mise en place de façon pérenne d’un comité de suivi d’évaluation de l’ensemble des aides publiques et des exonérations de cotisations sociales, que les comités d’entreprise puissent évaluer, contrôler et suspendre le cas échéant les aides publiques destinées à leur entreprise.

La CGT revendique que les salariés puissent intervenir dans toutes les instances qui agissent sur la stratégie de leur entreprise et leurs emplois. Ces mesures doivent intervenir en même temps que des augmentations de salaires, à commencer par le Smic, la création massive d’emplois et l’investissement massif dans une politique industrielle et les services publics.


Brève mise en ligne le 10 janvier 2017