"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2431487 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Droit de grève : après sept ans de lutte, victoire pour Xavier Chuat

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Droit de grève : après sept ans de lutte, victoire pour Xavier Chuat


En mai et juin 2009, un conflit éclate dans les industries électriques et gazières avec une forte participation des salariés pour l’augmentation des salaires, une prime de 1500 € et la renationalisation d’EDF-GDF.

Dans son communiqué, le Syndicat CGT Ouest Ile-de-France rappelle les faits de ce conflit pendant lequel 240 camarades ont été sanctionnés. Xavier Chuat, responsable syndical CGT à Saint-Denis était l’un d’eux. Il a été accusé d’entrave à la liberté du travail et d’avoir agressé verbalement un responsable d’équipe.

La cour de cassation a annulé la sanction

Après sept ans de lutte syndicale et juridique, le verdict est tombé avec une annulation de la sanction pour Xavier Chuat. La Cour de cassation avait rendu un arrêt favorable à l’annulation de la sanction, le 22 décembre 2015. La Cour d’appel d’Orléans devant qui a été renvoyé le litige a pris acte de la décision de la Cour de cassation et a annulé la mise à pied du salarié. Le patron d’Enedis est donc tenu de lui verser ses salaires. Le syndicat CGT Ouest Ile-de-France obtient également réparation du préjudice porté à l’intérêt collectif de la profession à hauteur de 1000€.

Selon Anaïs Ferrer, juriste au pôle juridique de la CGT, "la Cour de cassation considère que la sanction du salarié (mis à pied sans versement de salaire) était illégale pour un problème de procédure : la personne qui a témoigné contre le salarié, a également participé à la délibération de la commission de discipline qui a validé la sanction. On ne peut pas être juge et témoin en quelque sorte. Donc il s’agissait d’une sanction illégale".

Source : communiqué Syndicat CGT Ouest Ile-de-France, 22/12/2016


Brève mise en ligne le 10 janvier 2017