"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2341596 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mardi 13 juin 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Auchan City de Tourcoing :plainte déposée pour "non-assistance à personne en danger"

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Auchan City de Tourcoing :plainte déposée pour "non-assistance à personne en danger"


Une plainte contre X pour "non-assistance à personne en danger" et "mise en danger de la vie d’autrui" a été déposée le 10 janvier par Fadila, jeune caissière d’Auchan City à Tourcoing, suite à sa fausse couche sur son lieu de travail.

Nous en parlions dans un précédent article : Fadila, caissière de 23 ans en contrat de professionnalisation à l’Auchan City de Tourcoing, avait été victime d’une fausse couche sur son lieu de travail, n’ayant pas reçu la permission de quitter sa caisse. Suite à cet évènement, elle a déposé le mardi 10 janvier une plainte contre X pour "non-assistance à personne en danger" et "mise en danger de la vie d’autrui".

Son avocat, Maître Ioannis Kappopoulos, indique que "la mise en danger aurait pu être évitée par la visite médicale prévue par la loi, qui n’a pas été effectuée, même après l’annonce de sa grossesse". Habib Hamdoud, délégué syndical CGT à Auchan City, ajoute que "quand la caissière a annoncé à sa chef qu’elle était enceinte, il n’y a eu aucune prise en considération de ce changement. À plusieurs reprises, elle s’est manifestée auprès de ses responsables sur des douleurs, mais personne n’a réagi".

Fadila avait adressé en décembre un courrier à sa direction concernant l’"absence manifeste d’empathie et de compassion" de ses responsables après sa fausse couche. Le directeur général rétorque que "si la proximité managériale aurait pu être, sur ce cas précis, plus forte, cette attitude ne correspond nullement aux valeurs et aux pratiques habituelles d’Auchan City"

Suite à la médiatisation de cette affaire, la direction s’indignait "de l’instrumentalisation calomnieuse de cette situation douloureuse par certaines organisations"... S’il y a de quoi être indigné, c’est plutôt par une entreprise qui n’avait pas hésité à virer une caissière pour moins d’1€, et qui fait maintenant preuve d’un mépris criant face à une personne ayant vécu un important traumatisme sur son lieu de travail.


Brève mise en ligne le 11 janvier 2017