"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2442469 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Vœux aux personnels de l’Education nationale : la matraque en guise de dialogue

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Vœux aux personnels de l’Education nationale : la matraque en guise de dialogue


Plusieurs milliers d’enseignants, de jeunes et de citoyens attendaient, à Saint-Lô, N. Sarkozy qui devaient présenter ses voeux au corps enseignant.

A l’évidence, ni N. Sarkozy, ni X. Darcos ne digèrent le recul qu’ils ont dû effectuer en différant la réforme des lycées qui devait commencer par la classe de seconde en 2009, pas plus que la révision à la baisse des suppressions des postes de Rased. Ils tentent aujourd’hui de faire avaler la même politique en changeant les interlocuteurs : Richard Descoings et Martin Hirsch prenant la place de ceux qui ont fait faillite précédemment.

Qui peut croire N. Sarkozy lorsque celui-ci déclare que la réforme du lycée n’a pas pour but de supprimer des postes alors que c’est une constante de la politique budgétaire de son gouvernement, année après année ?

C’est sans doute pourquoi, les forces de police, la BAC, les CRS ont violemment agressés les manifestants, les jeunes réunis sur la place : insultes, gaz lacrymogènes, matraques, flash-ball, chasse aux jeunes, aux syndicalistes, voire aux photographes de presse. Plusieurs blessés sont à déplorer et une dizaine de jeunes ont été interpelés.

Nous condamnons avec force cette répression policière visant à casser une mobilisation, une protestation sociale et assurons toutes les victimes des brutalités policières de notre totale solidarité.

Plus que jamais, non à la réforme des lycées et aux 13500 suppressions de postes dans l’éducation en 2009.


Brève mise en ligne le 12 janvier 2009