"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2439795 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Les personnels de la Protection Judiciaire de la Jeunesse en grève

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Les personnels de la Protection Judiciaire de la Jeunesse en grève


Après la grève bien suivie le 15 décembre dernier, les personnels de la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) sont de nouveau en grève, aujourd’hui, 15 janvier.

Pendant 1h30, ils ont occupé les marches du Palais de justice, à Paris. Ils veulent ainsi lutter contre les conséquences du rapport Varinard qui a planifié la destruction de l’ordonnance de 1945 sur la justice des mineurs.

Dès aujourd’hui, sans attendre un quelconque débat politique, le gouvernement et la direction de la PJJ ont entrepris de redéfinir, d’autorité, les missions des personnels en leur enlevant tout ce qui était du domaine de la protection de l’enfance, de la jeunesse en danger pour les cantonner à la gestion des peines prononcées. A marche forcée, la direction de la PJJ ferme ou regroupe des foyers, des services, suppriment des postes, licencient les contractuels.

La conséquence directe sera la disparition de tout travail éducatif vis-à-vis des jeunes. On voit bien là la logique du tout sécuritaire, véhiculé par N. Sarkozy depuis de nombreuses années et de la possibilité d’incarcérer les jeunes à partir de 12 ans.

Nous soutenons totalement le mouvement de grève des personnels de la PJJ et toutes les initiatives ou mobilisations sur la durée qu’ils pourraient décider.


Brève mise en ligne le 15 janvier 2009