"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2409515 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Bouygues et Vinci : des actionnaires bien nourris, des salariés oubliés

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Bouygues et Vinci : des actionnaires bien nourris, des salariés oubliés


Les 2 plus grands groupes du BTP - BOUYGUES et VINCI - viennent de publier leurs résultats et se félicitent des profits engrangés. La hausse des profits affichée est la plus forte du CAC 40 avec une progression de près de 10%.

Selon les calculs de la fédération CGT de la Construction, cela revient à dire que "chaque salarié de ces groupes a gagné plus de 10000€ de profit". En 2008, le travail de chaque salarié de VINCI a permis de payer 5000€ de dividendes aux actionnaires (823 millions d’€ de dividendes versés pour 160000 salariés). Chaque salarié de ce groupe a ainsi versé 2500€ aux retraités anglo-saxons. Chez BOUYGUES, les dividendes versés aux actionnaires ont été multipliés par 6 en 9 ans, par 3,5 chez VINCI depuis la création du groupe, il y a 8 ans.

Pour la CGT Construction, "ces résultats ont été obtenus au détriment des salaires mais aussi grâce à la précarité de l’emploi. Ainsi, le groupe VINCI a employé 15000 intérimaires en 2007 en France, soit 17% des effectifs. A l’heure de la crise, les PDG des 2 groupes ont insisté sur la nécessité de ne pas baisser les marges de profit et donc de faire payer la crise aux salariés. Ces résultats montrent la nécessité pour les salariés de se mobiliser pour obtenir une autre répartition de richesses produites dans l’entreprise."

La CGT invite les salariés de ces deux groupes à participer massivement à la journée d’action du 19 mars pour exiger que leurs salaires et les emplois passent avant les profits.


Brève mise en ligne le 5 mars 2009