"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2438890 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Dans la rue le 5 mars pour le retrait des réformes Pécresse-Darcos

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Dans la rue le 5 mars pour le retrait des réformes Pécresse-Darcos


Les enseignants-chercheurs, l’ensemble des personnels de l’université, les étudiants seront, de nouveau, dans la rue le 5 mars.

La mobilisation qui s’est développée depuis plusieurs semaines, avec notamment la grande manifestation du 19 février, a contraint François Fillon le rôle de pompier de service : réécriture du décret de Valérie Pécresse sur les enseignants-chercheurs et engagement à ne pas recourir à des suppressions de postes en 2010 et 2011. Mais la réécriture n’est pas le retrait.

Et les coordinations universitaire et étudiante ont appelé à manifester le 5 mars. C’est l’ensemble des réformes Pécresse-Darcos dont il faut obtenir le retrait car elles plongent les universités dans une concurrence effrénée générée par la loi LRU, elles bradent la formation des enseignants à travers la mastérisation qui va déconnecter les concours de recrutement de la formation et renforcer la précarité, elles visent à soumette au bon vouloir des présidents d’université les conditions de travail des enseignants-chercheurs et la répartition entre recherche et enseignement.

De plus, le gouvernement ne revient pas sur les 1030 suppressions de postes planifiées pour 2009.

L’esquive tactique effectuée par le gouvernement Fillon souligne surtout sa crainte de voir les mobilisations converger. Nous sommes solidaire de cette lutte des enseignants, chercheurs, personnels administratifs, des bibliothèques et des laboratoires, des étudiants pour sauver le service public de la destruction programmée par la politique libérale du gouvernement. Poursuite et convergence des mobilisations c’est l’urgence


Brève mise en ligne le 3 mars 2009