"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2439678 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Total licencie : l’indignation face à l’indécence

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Total licencie : l’indignation face à l’indécence


14 milliards d’€ de bénéfices en 2008, 306 emplois supprimés en France d’ici 2012 entrainant la fermeture de l’usine de Notre-Dame-de-Gravenchon : le groupe Total, qui a largement profité de la hausse spéculative du prix de l’essence se montre sans pitié pour ses salariés.

L’absence de licenciement sec ne change rien à l’affaire : Total, comme Arcelor-Mittal, détruit des emplois. C’est inadmissible et révoltant !

Contre l’égoïsme patronal, qui s’accapare les richesses produites par ses salariés, il faut développer la mobilisation pour l’interdiction des licenciements, notamment à l’occasion de la grève générale du 19 mars.

La crise, les salariés n’en sont pas responsables mais c’est eux qui paye l’addition par la multiplication des licenciements, du chômage partiel, avec les répercussions sur la chute dramatique du niveau de vie, les difficultés en tout genre dans la vie quotidienne.

Nous condamnons cette décision de Total et assure les salariés du groupe de son soutien aux initiatives qui seront prises pour stopper cette politique destructice d’emplois. Au-delà de la lutte immédiate, afin que se chauffer, s’éclairer, se déplacer deviennent un droit accessible à tous, il faut mettre fin à la dictature du profit pour les actionnaires en expropriant les patrons pour constituer un service public de l’énergie.


Brève mise en ligne le 10 mars 2009