"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2443286 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Contre les expulsions : réquisitionner et construire des logements sociaux

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Contre les expulsions : réquisitionner et construire des logements sociaux


Madame Boutin, ministre du logement, tente de désamorcer la crise. Sa déclaration sur la nécessité de reloger avant d’expulser témoigne de la pression que font peser sur le gouvernement Fillon les mobilisations de mal logés ainsi que la manifestation du samedi 15 mars, à l’occasion de la fin de la trêve hivernale.

Cette déclaration est plus un effet d’annonce qu’autre chose. Outre le fait que le texte de loi récemment voté ne permet pas, dans les faits, d’imposer le relogement avant expulsion, il y a une entourloupe sur la solution de remplacement proposée par Madame Boutin. En mettant en avant des solutions d’hébergement, elle sous-entend ainsi qu’il s’agit, encore et toujours, de solutions provisoires et précaires dans des foyers, des hôtels sordides au tarif prohibitif sans possiblité de faire la cuisine, voire dans des mobil home.

Ce n’est pas ce qu’attendent les mal logés ou les sans logis qui espèrent, souvent depuis plusieurs années, un logement durable et de qualité.

La revendication "un toit c’est un droit" demeure et garde toute son actualité. C’est ce que m’ont mis en pratique les familles de Saint-Denis, dans le 93, qui occupent depuis quelques semaines des appartements, propriété de La Poste, et inoccupés depuis plusieurs années.

Nous soutenons la manifestation unitaire du 15 mars pour dire non aux expulsions, exiger la réquisition des logements vides, un plan de construction de 1,5 millions de logements sociaux de qualité afin de pouvoir répondre aux besoins des familles ou des personnes sans toit aujourd’hui.


Brève mise en ligne le 12 mars 2009