"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2431289 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Valéo : le licencieur touche le magot : 10€ par salarié et le pactole pour le PDG

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Valéo : le licencieur touche le magot : 10€ par salarié et le pactole pour le PDG


La colère est montée d’un cran la semaine dernière chez Valéo. Après l’annonce d’un plan de 5000 suppressions d’emploi dont 1600 en France, le PDG a été remercié le 20 mars, avec une indemnité de départ de 3,26 millions d’€.

Ce parachute doré est d’autant plus inadmissible que l’équipementier automobile vient de percevoir 19 millions d’€ de l’Etat via le Fond Stratégique d’Investissement, sans oublier que le PDG devait recevoir 70% de ses indemnités de départ parce qu’il n’avait pas rempli l’ensemble de ses objectifs.

Après l’injection d’argent public dans l’entreprise, le 6 mars, plus de 800 salariés des différents sites français de Valéo étaient rassemblés devant le siège à Paris pour exprimer leur colère et demander des informations supplémentaires sur le plan de licenciements et la pérennisation des emplois. La CGT Valéo considère que l’entreprise "doit tenir compte du projet d’alternative, présenté au comité Européen, qui permettrait (…) de sauver près de 1200 postes directs". Après l’annonce du parachute doré de leur patron, le sentiment d’injustice et de colère a gagné les salariés des différents sites de l’entreprise, déjà en mouvement depuis quelques semaines. Mardi 24 mars, une assemblée générale sur le site de Mondeville en Normandie a réuni plus de 150 salariés qui ont décidé de bloquer l’usine jeudi 26 mars. Les différents syndicats CGT se réuniront prochainement pour la poursuite de la mobilisation et coordonner les actions sur les différents sites.


Brève mise en ligne le 25 mars 2009