"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2440393 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Non à la détention arbitraire de Julien Coupat !

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Non à la détention arbitraire de Julien Coupat !


Pour la troisième fois, le parquet s’est opposé à la mise en liberté de Julien Coupat, présenté comme le responsable du "groupe de Tarnac".

Cela fait quatre mois que la justice avait incarcéré plusieurs membres de ce groupe, présenté comme un groupe "terroriste" soupçonné de tentatives de dégradation de ligne TGV.

Depuis, le mois de novembre, huit membres incarcérés ont été remis en liberté sous contrôle judiciaire. Seul, Julien Coupat reste en prison. Pourquoi ? Les services de police assurent que les présomptions sont fortes sauf que les enquêteurs ne disposent, apparemment, ni d’aveux, ni d’indices et qu’il n’ y a pas eu d’arrestations en flagrant délit alors même que le groupe était, parait-il, suivi.

Tout cela sent l’arbitraire et la négation des droits démocratiques de tout citoyen devant la justice.

C’est pourquoi, nous exigeons la libération de Julien Coupat, otage d’une justice aux ordres.


Brève mise en ligne le 17 mars 2009