"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Voeux 2018

    La section syndicale CGT de l’Adapei-Papillons Blancs d’Alsace vous présente ses meilleurs vœux de Liberté, d’Égalité, de Solidarité, de Justice et de Paix…

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2465029 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le jeudi 4 janvier 2018
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Oracle (logiciels) : suppression de 850 à 1000 postes en Europe, dont 250 en France

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Oracle (logiciels) : suppression de 850 à 1000 postes en Europe, dont 250 en France


L’éditeur américain de logiciels a annoncé lors du comité d’entreprise européen et du comité d’entreprise France de lundi et mardi 850 à 1000 suppressions de postes en Europe, dont 250 en France. Les syndicats CGT, CFDT Cadres, CFE-CGC, CFTC et FO ont exprimé leur "surprise" et leur "colère".

"Cette réduction importante d’effectifs n’est pas justifiée au regard de la santé financière d’Oracle et des efforts concédés par les salariés depuis de nombreuses années au sein d’Oracle France", estiment les syndicats. En effet Oracle a publié ses résultats annuels et trimestriels qui attestent de cette belle santé. L’éditeur a en effet dépassé les attentes du marché allant jusqu’à afficher une petite hausse de 1% de son bénéfice net sur les douze mois écoulés, à 5,593 milliards de dollars, en dépit du contexte de crise économique et du raffermissement du dollar. "Nous ne pouvons pas accepter que les salariés soient considérés comme une simple variable d’ajustement au profit d’une politique purement financière", protestent les syndicats.


Brève mise en ligne le 3 juillet 2009