"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2408358 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
MOLEX : assez des provocations patronales

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

MOLEX : assez des provocations patronales


Depuis l’annonce par l’équipementier américain de la fermeture de l’usine de Molex, près de Toulouse, par tous les moyens la direction tente de briser la combativité des salariés qui luttent depuis plusieurs mois pour le maintien du site et de tous les emplois.

Après avoir réussi à repousser la fermeture de l’entreprise, depuis le 7 juillet, les salariés sont en grève et veillent sur le matériel et les machines pour éviter que la direction, qui utilise le service de vigiles, déménage, en douce, le stock et l’outil de travail. Parallèlement, des négociations avaient lieu avec un éventuel repreneur.

Mardi 4, les salariés avaient été informés que la direction de Molex mettait fin à toute négociation avec le repreneur, que l’entreprise allait fermer en octobre et la production ête relocalisée aux USA. Une provocation de plus de la part de cette direction qui avait déjà manifesté antérieurement tout le mépris qu’elle avait pour les salariés de Villemur-sur-Tarn.

Il ne faut pas chercher ailleurs les raisons de la sortie mouvementée de l’entreprise de Mr Doesburg, directeur du développement de Molex USA.Ni la convocation devant le tribunal de grande instance de Toulouse de quatre salariés de Molex, ni la fermeture de l’entreprise ne résoudra la situation de l’emploi pour les quelques trois cents salariés qui se retrouveront à la rue en octobre prochain.

Nous condamnons les provocations de la direction de Molex USA, sa décision de fermer l’entreprise de Villemur-sur-Tarn coûte que coûte et réaffirmons notre soutien total à la lutte des salariés de Molex.

Quant à Mr Estrosi, ministre l’industrie, qui s’est offusqué des "actes de violence exercés par une minorité", il ferait bien d’être scandalisé par les agissements d’une direction d’entreprise qui entend fermer un site qui fait des profits sans égard pour le sort des salariés et de leurs familles. Il ferait bien de prendre les mesures nécessaires pour empêcher la fermeture de l’entreprise et le rapatriement aux USA de la technologie, des machines, du stock


Brève mise en ligne le 6 août 2009