"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Voeux 2018

    La section syndicale CGT de l’Adapei-Papillons Blancs d’Alsace vous présente ses meilleurs vœux de Liberté, d’Égalité, de Solidarité, de Justice et de Paix…

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2490817 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le lundi 5 février 2018
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Eurocel à Dives-sur-mer (Calvados) : ils empêchent le déménagement des machines vers l’Asie

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Eurocel à Dives-sur-mer (Calvados) : ils empêchent le déménagement des machines vers l’Asie


Plusieurs dizaines d’anciens salariés de ce fabricant de feuilles de cuivre pour l’informatique ont bloqué vendredi les portes de leur entreprise, fermée en décembre, pour empêcher un transfert des machines en Asie.

Les ex-salariés et leur ancien syndicat CGT n’ont levé leur blocus vendredi qu’après après avoir obtenu la garantie de la préfecture que rien ne bougerait sur le site avant le milieu de cette semaine.

L’ancien secrétaire CGT du comité d’entreprise de l’usine craint "une délocalisation déguisée de l’usine", appartenant depuis 2007 à Green Recovery, un fonds d’investissement français spécialisé dans la reprise d’entreprises en difficulté, a-t-il ajouté. "Nous savons que des Russes étaient intéressés par une reprise d’Eurocel, mais Green Recovery n’a pas donné suite car ils s’étaient déjà engagés dans le démantèlement de l’usine", a affirmé l’ancien responsable syndical.

"Nous avions mis en place un réseau de surveillance. Depuis la semaine dernière 12 Coréens sont en train de répertorier et d’étiqueter les machines, et ce matin un camion" immatriculé en Lettonie "est arrivé", a-t-il expliqué à l’AFP.


Brève mise en ligne le 31 août 2009