"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2410531 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Molex (Villemur-sur-Tarn) : face à la résistance des salariés, la direction presse le pas pour clore le dossier

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Molex (Villemur-sur-Tarn) : face à la résistance des salariés, la direction presse le pas pour clore le dossier


Hier lundi 31 août, salariés et direction de l’entreprise se sont séparés sans aboutir à un accord sur le paiement des jours de grève pour la période du 6 au 31 août durant laquelle la direction avait fermé l’usine un incident entre des salariés, en grève depuis le 7 juillet, et un membre de la direction.

La direction exerce désormais un chantage au paiement de ces journées : "Nous serions prêts à payer ce que nous considérons comme des jours de grève du mois d’août dans le cadre d’une résolution complète du plan social, qui aboutirait à des avis (du comité d’entreprise) le 15 septembre", a déclaré le vice-président des ressources humaines de Molex Europe.

"C’est du chantage. Nous avons passé deux heures aujourd’hui à devoir négocier le droit français. Ils veulent qu’on s’engage à signer la procédure de fermeture de l’usine et a négocier tout le plan social au 15 septembre pour nous payer les salaires du mois août", a déclaré Denis Parise (CGT), secrétaire du CE. "C’est une remise en cause du droit du travail français" estime le responsable syndical qui en appelle au gouvernement pour "taper du poing sur la table".

Tandis que les salariés attendent le comité d’entreprise des 14 et 15 septembre pour prendre connaissance du rapport d’expertise de Syndex, mandaté par les syndicats sur la viabilité de l’usine, la CGT de Molex pense qu’"il est clair que la direction ne veut pas rouvrir l’usine" après la fermeture "provisoire".

Des discussions auraient lieu en ce moment avec un possible repreneur dont la direction refuse de divulguer le nom, mais elle indique d’ores et déjà qu’elle "ne cèdera pas ses produits et ses clients". Par ailleurs, la direction de l’équipementier automobile américain Molex a réaffirmé mardi dernier sa détermination à fermer définitivement cet automne l’usine de Villemur, après une rencontre à Paris avec le ministre de l’Industrie qui avait demandé un délai supplémentaire.


Brève mise en ligne le 1er septembre 2009