"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2440108 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Pour un moratoire sur le Taser

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Pour un moratoire sur le Taser


En cassant le décret autorisant l’utilisation par les policiers municipaux, le Conseil d’état vient implicitement de reconnaître que le Taser ou pistolet à impulsion électrique (PIE) n’était pas l’arme inoffensive dont le PDG de Taser France vante les bienfaits.

En effet, dans les attendus de cette décision, le Conseil d’état s’il met en cause le défaut de formation des policiers municipaux à l’utilisation de cette arme souligne aussi que "l’emploi du PIE comporte des dangers sérieux pour la santé…susceptibles de provoquer directement ou indirectement la mort".

Indéniablement, c’est une claque pour le PDG de Taser France dont le lobbying effréné vise à gagner un maximum de fric en commercialisant cette arme et ses dérivés. Un marché de 17000 policiers municipaux, pour l’instant, lui échappe.

Pour toutes les organisations, associations, partis qui militent pour un moratoire sur l’utilisation du Taser cette décision est un encouragement et un premier résultat positif.

Aussi, M. Hortefeux, ministre de la sécurité serait très mal inspiré en voulant contourner le décret du conseil d’état afin de permettre aux polices municipales de bénéficier de cette arme.

Pour nous, parce que le Taser est dangereux, un moratoire sur l’utilisation du Taser pour l’ensemble des forces de police et de gendarmerie est indispensable afin qu’un débat public puisse avoir lieu.


Brève mise en ligne le 3 septembre 2009