"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2439814 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Changement de statut de La Poste : nouvelle journée de grèves et de manifestations

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Changement de statut de La Poste : nouvelle journée de grèves et de manifestations


Nous soutenons totalement la grève qui a démarré dans les bureaux de poste parisiens, aujourd’hui 21 septembre, et la grève nationale mardi 22 à l’appel de l’intersyndicale nationale.

Depuis 6 mois, les organisations syndicales ont dénombré 140 suppressions de postes, dans les bureaux parisiens, sur les 6 derniers mois, et 7500 postes en moins au niveau national. De plus, plus de 1000 bureaux de plein exercice ont été fermés.

Autrement dit, le service public est miné de l’intérieur par les choix de la direction.

C’est dans ce contexte que survient le changement de statut de La Poste, planifié depuis le dernier conseil de ministres en juillet, impliquant l’ouverture du capital c’est-à-dire la privatisation du service public postal comme auparavant à France Télécom et à EDF-GDF.

Pour les usagers et les personnels, si la privatisation n’est pas stoppée c’est l’augmentation des tarifs postaux, moins de bureaux de poste, plus d’attente aux guichets et une dégradation des conditions de travail des postiers.

C’est pourquoi, l’enjeu du vote citoyen, contre la privatisation, autour du 3 octobre est important pour montrer que le refus de cette privatisation est largement partagé.

Cliquez ici pour avoir des infos sur la mobilisation pour un référendum sur le service public postal


Brève mise en ligne le 21 septembre 2009