"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2409422 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
A propos des suicides à France Télécom : indignation syndicale à l’Insee

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

A propos des suicides à France Télécom : indignation syndicale à l’Insee


Quatre syndicats de l’Institut national de la statistique sont vent-debout contre les propos tenus par un inspecteur général honoraire de l’Insee, président de la commission de déontologie de la société française de statistique. Ce dernier a en effet tout bonnement affirmé avec une règle de trois dans une chronique qu’"on se suicide plutôt moins à France Télécom qu’ailleurs" tout en jugeant que dans cette entreprise, "le climat social est visiblement détestable".

Pour quatre syndicats de l’Insee (CGT, CFDT, FO et Sud), "les études statistiques et épidémiologiques qui visent à analyser le taux de suicide au sein du personnel d’une entreprise n’ont rien à voir avec une règle de trois aussi primaire et peu fondée", ont-ils déclaré dans un communiqué commun.

Selon eux, "tout statisticien connaît la complexité des comparaisons statistiques d’une population donnée à celle d’une population plus générale", et "chacun sait que les taux de suicide sont très dépendants de l’âge, du sexe, de l’activité professionnelle".

En effet, il convient de rappeler que pour la grande majorité des suicides enregistrés, le profil-type des personnes qui avaient attenté à leur vie était constitué de fonctionnaires hommes, de plus de 50 ans, techniciens. Une population salariée qui dans cette entreprise a été et reste particulièrement victime des restructurations, mutations, pressions.


Brève mise en ligne le 21 octobre 2009