"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2439895 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Salariés sans papiers : NON à l’amalgame entre travail déclaré et situation administrative des migrants

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Salariés sans papiers : NON à l’amalgame entre travail déclaré et situation administrative des migrants


Les onze syndicats et associations soutenant le mouvement des sans-papiers en grève pour leur régularisation ont dénoncé jeudi dans une déclaration commune "l’amalgame entre le travail non déclaré et la situation administrative des travailleurs migrants".

"L’essentiel du travail dissimulé ne concerne pas les travailleurs sans papiers. Ceux qui le sont n’aspirent qu’à cotiser. Une grande partie des travailleurs sans papiers cotisent, paient leurs impôts et ne sont donc pas en situation de travail non déclaré", expliquent les signataires, parmi lesquels la CGT, l’Unsa, la Ligue des droits de l’homme et la Cimade.

Le ministre du Travail, Xavier Darcos, vient notamment d’annoncer de nouvelles mesures visant à sanctionner les entreprises faisant appel au travail illégal ou employant des travailleurs étrangers sans titre de travail.

"Le fait que le ministère du Travail intervienne dans le débat est logique (…) Toutefois les propositions de M. Darcos, reprises par (le ministre de l’Immigration) M. Besson ne répondant pas aux problèmes soulevés et comportent des aspects extrêmement dangereux et choquants", estime le collectif. "Un arsenal administratif et judiciaire existe pour réprimer le travail non déclaré. Les nouvelles mesures proposées ne doivent pourtant pas conduire à sanctionner les travailleurs mais à imposer aux employeurs de régler cette situation inacceptable", prévient-il. "De plus, la possibilité (annoncée par le ministre du Travail) donnée aux préfets de "fermer administrativement" les entreprises représenterait une sanction collective à l’égard de tous les travailleurs, déclarés ou non", conclut-il.

A ce jour, 5200 sans-papiers grévistes réclament la régularisation de leur situation.


Brève mise en ligne le 27 novembre 2009