"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2439670 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Dassault Systèmes : jugement en cassation : le dispositif d’alerte professionnel va trop loin

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Dassault Systèmes : jugement en cassation : le dispositif d’alerte professionnel va trop loin


La Cour de cassation a donné raison à la Fédération CGT des travailleurs de la métallurgie, qui contestait le dispositif d’alerte professionnel de l’entreprise Dassault Systèmes.

Depuis 2002, à la suite notamment de la faillite d’Enron, les groupes cotés aux Etats-Unis, ou leurs filiales à l’étranger, doivent installer des dispositifs d’alerte, confidentiels et potentiellement anonymes, en vue de lutter contre la corruption, permettant aux salariés de dénoncer leurs collègues

Le groupe Dassault Systèmes est l’un de ceux à avoir mis en œuvre ce dispositif en France.

Dans son arrêt rendu mardi, la chambre sociale de la Cour de cassation a estimé que le dispositif mis en place par Dassault allait au-delà de ce qui était permis par la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil).


Brève mise en ligne le 9 décembre 2009