"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2411028 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Taxe carbone : après la décision du Conseil Constitutionnel, il faut rouvrir le débat

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Taxe carbone : après la décision du Conseil Constitutionnel, il faut rouvrir le débat


Le Conseil constitutionnel vient d’annuler les dispositions de mise en place de la taxe carbone au motif que son application serait injuste et inefficace. C’est exactement dans ces termes que nous avons dénoncé depuis des mois cette nouvelle taxe qui sous couvert d’écologie, cherche à faire payer la crise capitaliste aux classes populaires sans rien résoudre des enjeux cruciaux pour le climat.

Plutôt que des taxes injustes, il faut donner des moyens aux services publics pour des transports en commun de proximité gratuits, des logements isolés et accessibles, pour réaliser massivement des économies d’énergie, réduire les émissions de carbone, et enfin créer les centaines de milliers d’emplois nécessaire pour répondre à ces besoins sociaux fondamentaux tout en apportant des réponses à la crise écologique.

Ces solutions urgentes ne sont pas compatibles avec la préservation des intérêts et des profits privés dont le gouvernement s’est fait le champion, au détriment des salarié-e-s et de l’environnement.

Comme l’a démontré la mobilisation internationale populaire à l’occasion du sommet de Copenhague, il ne peut y avoir de solution globale pour le climat sans justice sociale.

C’est ce que nous entendons continuer à défendre.

La décision du Conseil constitutionnel doit être une occasion de dénoncer les "éco-tartufferies" de notre omniprésident et d’amplifier la mobilisation pour la justice sociale et l’urgence climatique.


Brève mise en ligne le 30 décembre 2009