"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2407061 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Les vœux hypocrites du président aux personnels de santé.

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Les vœux hypocrites du président aux personnels de santé.


C’est aux personnels de santé qu’était dédié le déplacement de Sarkozy, à Perpignan, à l’occasion de l’inauguration d’un centre de santé, dans une ville soigneusement quadrillée par la police pour empêcher les manifestants d’être visibles et audibles par l’aréopage présidentiel.

Vœux parfaitement hypocrites à l’égard de personnels qui payent le prix fort de la rentabilité qui doit guider dorénavant la gestion des structures hospitalières, selon les critères de la loi Bachelot.

1800 postes ont été supprimés en 2009 et pour 2010, 1500 suppression d’emplois d’infirmières, personnels soignants, médecins, employés administratifs sont prévus à l’AP-HP, en 2010, et autant les années suivantes.

Avec beaucoup de cynisme, le conseiller soi-disant social, M. Soubie, met l’accent sur "les réserves de productivité" existants parmi le personnel et qu’il faut mettre à profit le départ à la retraite de 220000 départs à la retraite entre 2008 et 2015 pour instituer à l’hôpital le non-remplacement d’un fonctionnaire sur eux partant à la retraite.

Mépris du gouvernement qui veut conditionner l’accès des infirmiers à la catégorie à leur acceptation d’un départ à la retraite repoussé de 5 ans, alors que ces personnels sont épuisées par leurs conditions de travail.

Le gouvernement, à coups de destructions d’emplois, de suppression des hôpitaux de proximité, d’asphyxie financière des établissements hospitaliers est en train d’étouffer le service public de santé, de développer une médecine à plusieurs vitesses, selon les revenus de chacun.

Il faut, tous ensemble, arrêter cette politique mortelle pour les besoins sanitaires de la population.


Brève mise en ligne le 12 janvier 2010