"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2409335 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Libertés syndicales : occupation de la mairie d’Amnéville (Moselle)

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Libertés syndicales : occupation de la mairie d’Amnéville (Moselle)


Depuis ce matin à 9 heures, plus de 150 militantes et militants CGT, dont les secrétaires généraux de l’Union départementale CGT de la Moselle et de la Fédération des Services publics, ont investi la mairie d’Amnéville.

Cette action fait suite à de nombreuses démarches (manifestation le 26 février 2008 à Amnéville, interpellations multiples des autorités notamment préfectorale, rassemblement le 22 décembre 2009 à Metz) visant à faire respecter la liberté syndicale dans cette collectivité territoriale.

Le maire s’y illustre en effet par son opposition virulente à la CGT et son mépris pour le droit syndical : mise au placard et sanctions multiples infligées à deux militants CGT agents de la mairie ; refus de reconnaître la liste CGT aux élections professionnelles ; déclarations publiques qualifiant la CGT de "peste rouge" et de "bureaucratie mafieuse".

Loin de se cantonner à la mairie, cette chasse au syndicalisme s’étend d’ailleurs à la cure thermale d’Amnéville. Depuis le mois d’octobre 2009, deux militants CGT sont radiés des effectifs du personnel communal et se trouvent donc au chômage et le maire bafoue ainsi plusieurs décisions de justice qui doivent conduire à la réintégration de ces deux fonctionnaires territoriaux, dans le respect du Statut de la Fonction publique territoriale.

L’Union départementale CGT de la Moselle et de la Fédération CGT des Services publics exigent "la justice pour les deux syndicalistes, leur réintégration immédiate au sein du personnel communal, le respect du droit syndical à la mairie d’Amnéville."


Brève mise en ligne le 3 février 2010