"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2441590 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Non à la fermeture de Philips à Dreux

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Non à la fermeture de Philips à Dreux


La direction de Philips a franchi un pas supplémentaire dans le mépris vis-à-vis de ses salariés. Après les 629 emplois supprimés depuis 2005, c’est par lettre recommandée qu’elle vient de signifier aux 212 salariés restant la fermeture définitive de l’entreprise qui fabrique des téléviseurs à écran plasma.

Comble du cynisme, elle aurait proposé des postes en Hongrie, payés 450€ à condition de parler le hongrois.

Depuis des mois, les salariés de Philips ont mené la lutte, sur tous les terrains, y compris juridique, pour sauver leurs emplois et pérenniser l’entreprise.

Ils avaient, dernièrement, repris la production sous leur contrôle.

L’entrée de l’entreprise est maintenant interdite aux salariés par des vigiles diligentés par la direction.

Le jour du sommet social, ce coup de force montre que la direction de Philips veut faire payer la crise aux salariés, à leurs familles, en brisant des vies, en détruisant leur avenir.

Nous condamnons ce coup de force de la direction et assurons les salariés de notre solidarité et de notre soutien dans leurs actions pour défendre leurs droits et leurs emplois.


Brève mise en ligne le 15 février 2010