"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Voeux 2018

    La section syndicale CGT de l’Adapei-Papillons Blancs d’Alsace vous présente ses meilleurs vœux de Liberté, d’Égalité, de Solidarité, de Justice et de Paix…

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2465024 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le jeudi 4 janvier 2018
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Grève contre les suppressions de postes dans l’éducation

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Grève contre les suppressions de postes dans l’éducation


Fermement attaché au service public d’éducation, nous assurons les grévistes et manifestants enseignants, personnels de service, parents, lycées qui manifestent aujourd’hui, à 14 heures à partir du Luxembourg en direction du Ministère, à l’appel de plusieurs organisations syndicales, de tout notre soutien.

Commencé le 1er février, la grève se poursuit, se développe et d’ores et déjà, une grève nationale aura lieu le 12 mars.

Les démolisseurs du service public d’éducation à la tête desquels se trouvent Sarkozy, Fillon et Châtel ont liquidé 40000 postes dans l’éducation depuis 2007 en développant dans le même temps les emplois précaires, enchaînent les réformes libérale et régressives dans le domaine de la formation professionnelle, du contenu des programmes, de la formation des enseignants, privent les élèves dans le 1er degré de professeurs remplaçants à tel point que des parents d’élèves portent plainte maintenant contre le ministre de l’éducation.

L’annulation des suppressions de postes, le retrait de toutes les réformes libérale, la création des postes nécessaires d’enseignants, de surveillants, de personnels de service, c’est la condition pour que puisse se développer un service public d’éducation

C’est pourquoi la mobilisation doit se poursuivre, s’amplifier pour contraindre ce gouvernement de régression sociale à céder.


Brève mise en ligne le 18 février 2010