"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2406990 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
La répression ne détruira pas nos résistances. Solidarité !

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

La répression ne détruira pas nos résistances. Solidarité !


4 ans après le mouvement CPE, la répression continue. Le mouvement contre le CPE, le CNE et la Loi Egalité des Chances a été en 2006 l’expression de la révolte de la jeunesse et des travailleurs. Conduit par une jeunesse radicale et déterminée et rejoint par un mouvement de masse des travailleurs, ce mouvement unitaire et riche en expériences a su infliger une défaite importante au gouvernement et au patronat.

Affaiblie, le gouvernement a alors décidé de réprimer ces militants qui ont su la faire trembler. Depuis, la répression, arme de la division et de la peur, continue.

Syndicalistes, militants solidaires des sans papiers, lycéens et étudiants en grève etc., font face depuis plusieurs années à une vague répressive et sécuritaire d’une importante violence (condamnations, vidéo surveillance, brigades de sécurité dans les lycées etc…).

Quatre étudiants, condamnés injustement en 2006 pour une action à l’université Paul Cézanne à Aix-en-Provence à 3 mois de prison avec sursis et ayant déjà payé 5800€ d’amendes ont reçu récemment une nouvelle amende de 4900 € à payer à un policier au titre du "préjudice subi".

Cette décision du tribunal est une nouvelle façon de faire payer aux jeunes leur révolte. Le préjudice que nous subissons chaque jour, nous, c’est celui de la précarité, du chômage, des bas salaires que ce système nous impose.

Nous sommes solidaire des 4 étudiants concernés.


Brève mise en ligne le 5 mars 2010