"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2428214 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Villes gérées par le FN : des militants CGT témoignent

Quoi de neuf ailleurs ?

article précédent    article suivant


Villes gérées par le FN : des militants CGT témoignent



Les agents territoriaux étaient conviés par la fédération CGT des Services publics, ce mercredi 21 mai, à se rencontrer à Montreuil pour échanger sur leurs conditions de travail et leurs actions. Parmi les sujets abordés, la vie et le travail dans les villes conquises par l’extrême droite.

Les mairies Front National ou apparentées évitent souvent, pour l’instant, l’affrontement direct. Les pressions peuvent aussi être "indirectes", voire "insidieuses". Les maires d’extrême droite commencent ainsi en essayant de montrer un visage respectable, rassurant, et disent vouloir gérer les communes en "bon père de famille". Cela s’accompagne de promesses de stabilisation ou de baisse des impôts, mais sans préciser où, quand et comment les économies vont être réalisées.

C’est alors que surviennent les baisses ou les suppressions des subventions aux associations, mesures qui impactent tant le tissu associatif – le plus souvent dans les quartiers les moins riches – que les unions locales CGT. À cela s’ajoutent aussi des cas de remise en cause des modalités d’occupation et d’utilisation des locaux et du matériel mis à disposition. On relate aussi plusieurs cas de mise au placard, de rétrogradation, de blocage ou de retards dans les avancements ou dans les changements de statut de personnels syndiqués.

Certains témoignent que de tels événements ne se produisent pas uniquement dans les mairies conquises par le Front National, mais aussi dans des villes UMP, notamment lorsque l’extrême droite y a fait un score important.

"Le meilleur moyen de lutter contre les idées d’extrême droite est de se concentrer sur nos revendications et nos luttes sociales." assure un militant qui appelle à la vigilance et au rassemblement.

Yvan Vialettes , Béziers :
- "Comme dans de nombreuses communes prises par l’extrême droite, le maire de Béziers – sans étiquette, mais soutenu par le Front National – s’est engagé sur la voie de la baisse des impôts sans vraiment en expliquer le financement. La volonté de baisser la masse salariale a tout de même clairement été exprimée et c’est dans une ambiance pourrie par les rumeurs concernant les postes impactées (heures supplémentaires, 13e mois, privatisation de certains services, etc.) que les agents de Béziers travaillent."

Hugues Miller, Hayange :
- "Dans le contexte particulier d’Hayange – le maire FN est un ancien de la CGT –, les pressions sont déjà bien présentes : accusation sans fondement d’un camarade d’avoir collé des affichettes « casse-toi pauv’ con » sur les affiches du futur maire durant la campagne, fin des contrats des non titulaires au profit de CAE (Contrat d’Accompagnement dans l’Emploi), entrevue officielle du maire avec les autres syndicats représentatifs, mais pas encore la CGT, rédaction d’une note voulant signifier l’interdiction de distribuer des tracts, ou encore des évolutions de statuts bloquées. Et ces mesures concernent souvent des travailleurs précaires. Le FN, parti soi-disant anti-système, est donc bien dans le système, celui de la précarisation et de l’austérité. D’un autre côté, on a déjà pu constater de nouvelles adhésions. Je crois que la meilleure lutte possible contre les idées d’extrême droite passe par la défense des revendications fondamentales de la CGT pour le pouvoir d’achat, l’emploi et les services publics."

Frédéric Laurent, Secrétaire à la vie syndicale de l’union départementale du Vaucluse :
- "Je reçois des agents de tout le département et notamment ceux travaillant dans des communes gérées par le Front National ou la Ligue du Sud, qui témoignent d’attaques contre les syndicats. Il en est de même dans certaines communes gérées par la droite, mais où l’extrême droite est bien présente au conseil municipal. Je pense que la résistance est nécessaire, car les territoriaux sont directement au contact des élus d’extrême droite. Il faut se regrouper et lutter pour nos revendications pour redonner confiance."

Voir le dossier sur la lutte contre les idées d’extrême droite



Article mis en ligne le 26 mai 2014 par Laurent

Popularité de l'article :
1%

lespapillonsblancs68