"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2408142 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Chiffres du chômage juin 2017 : depuis vingt ans la précarité est soutenue par les gouvernements successifs

Quoi de neuf ailleurs ?

article précédent    article suivant


Chiffres du chômage juin 2017 : depuis vingt ans la précarité est soutenue par les gouvernements successifs



Les demandeurs d’emploi en catégorie A (demandeurs d’emploi sans emploi) sont 3 483 200 inscrits à Pôle Emploi en Juin 2017 soit 0,3 % de moins qu’au mois de Mai. Les inscrits en catégorie B et C (demandeurs d’emploi ayant travaillé une partie du mois) sont 2 079 400 inscrits à Pôle Emploi soit 0,6 % de plus qu’il y a un mois. Pour les inscrits en catégorie D qui regroupe principalement les personnes en formation nous pouvons enregistrer une baisse de 1,2 %, soit 3500 demandeurs d’emploi en moins. La catégorie E qui concerne en grande partie les personnes en contrat d’insertion est en hausse de 1.3 %, soit une augmentation de 5400 demandeurs d’emploi. Au total c’est 3900 demandeurs d’emploi en plus pour le premier mois de la coalition Macron Philippe soit 6 281 200 demandeurs d’emploi, toutes catégories confondues.

Toutes les politiques, qui se succèdent depuis vingt ans, vont dans le même sens : baisser le coût du travail en privilégiant la précarité. C’est ainsi qu’en Juin 1997, il y avait 829 570 demandeurs d’emploi en catégorie B+C, pour passer à 986 020 en Juin 2002, puis 1 109 910 en Juin 2007, puis 1 488 960 en Juin 2012, pour être à ce chiffre honteux de 2 079 400 salariés en sous-emploi en Juin 2017. Les conditions de vie de ces salariés sont catastrophiques, ils doivent justifier de leur précarité à tout moment pour tenter de trouver de quoi boucler les fins de mois. Pour eux, les vacances n’existent pas, l’accès au logement est des plus compliqué, les emprunts sont prohibés, la santé passe après…

Le gouvernement en place devrait inverser la tendance, hors il n’en est rien, toutes les mesures, qu’il prend, vont dans le sens de plus de misère, avec deux buts, celui de faire baisser artificiellement le nombre d’inscrits en catégorie A pour une politique de « faux-semblant » et celui de faire grossir réellement les capitaux des plus privilégiés.

La CGT n’est pas dupe, elle agira avec force afin de faire du 12 septembre une journée de mobilisations et de luttes importantes dont le but consiste à dire au gouvernement qu’il faut changer de cap au plus vite.



Article mis en ligne le 25 juillet 2017 par Laurent

Popularité de l'article :
1%

lespapillonsblancs68