"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2391525 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 15 septembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Non à l’Etat d’urgence, Non à la déchéance de nationalité : mobilisation nationale le samedi 12 mars 2016

Quoi de neuf ailleurs ?

article précédent    article suivant


Non à l’Etat d’urgence, Non à la déchéance de nationalité : mobilisation nationale le samedi 12 mars 2016



Suite aux attentats qui ont frappé violemment notre société, le gouvernement a décrété l’Etat d’urgence. Après l’avoir prolongé à 2 reprises, il souhaite, aujourd’hui, entériner une loi, permettant l’inscription dans la constitution, de l’État d’urgence et de la déchéance de nationalité pour les "binationaux".

La CGT, signataire des différents appels et pétition du collectif "Nous ne céderons pas", invite les organisations syndicales à participer aux différentes mobilisations prévues le 12 mars, dans les territoires et à Paris à partir de 15h00 à Place du Panthéon.

L’Etat d’urgence, régime d’exception, conduit à des décisions arbitraires et à des dérives autoritaires.

Ces mesures d’exception ont un impact certain sur les libertés individuelles et collectives.

En ce sens, l’Etat d’urgence accentue un peu plus la répression syndicale et porte atteinte, entre autres, aux libertés d’actions et d’expressions syndicales.

La multiplication des interdictions des manifestations de rue, des réquisitions et assignations à résidence de militant-es montre, à quel point, ce régime d’exception sert plus une volonté de maintien de l’ordre qu’une volonté de lutter efficacement contre le terrorisme.

Concernant la déchéance de nationalité, la CGT ne peut accepter cette infamie qui crée une sous-catégorie de citoyen-nes, qui stigmatise les binationaux, qui divise la population.

Défendons nos libertés

Mobilisons-nous le 12 mars



Article mis en ligne le 10 mars 2016 par Laurent

Popularité de l'article :
1%

lespapillonsblancs68